BAFOUSSAM: 725 ÉTUDIANTS DE L’EEFAC RÉCLAMENT LA TÊTE DE LEUR PROMOTEUR. 

Contrairement à la première manifestation du lundi 07 août 2017, celle du vendredi 07 septembre 2017 a connu la participation de presque la quasi totalité des apprenants de la prétendue école des eaux et forêts d’Afrique centrale de Bafoussam. 

ZOOM SUR LE DÉROULEMENT DE CES MANIFESTATIONS DU 07 SEPTEMBRE.

Il est environ 09 heure du matin (heure locale), lorsque les élèves de “l’École des Eaux et Forêts d’Afrique Centrale de Bafoussam” se réunissent au lieu dit rond point finance. Une heure de temps après un message qu’ils se passent entre eux en foufoulbé (une langue locale), ils se mettent en rang et entament une marche pacifique et prennent la direction de leur campus situé au campus Kouogouo.

Un policier molestera un manifestant ce qui provoque le courroux de ses camarades et la pression monte d’un cran; puis survient les heurts entre les forces de l’ordre et les apprenants. Ils investissent le lieu dit rond point BIAO paralysant la circulation.

Interviennent donc gendarmes et policiers, en plus des autorités administratives. Un message entre les grévistes et ils se mettent en course vers une destination inconnue. Ils déjouent la vigilance des forces de maintien de l’ordre.  Les camions de la gendarmerie et de la police avec des éléments armées jusqu’aux dents encerclent le campus dans l’attente des manifestants.

Quelques temps après l’on apprendra (hommes de médias, autorités administratives et policières) qu’ils sont déjà à l’entrée de la ville. Ils bloquent la circulation au lieu dit « Afrique construction ». Sur les pancartes brandies on peut lire, Non à la création des structures de formation clandestine, non à l’escroquerie, non à l’arnaque et à la corruption, non à la publicité mensongère et non à l’injustice entre autres.

GESTION DE CRISE PAR LES AUTORITÉS LOCALES.

Pour un premier temps, le gouverneur de l’ouest envoie 3 de ses collaborateurs avec une note signée du Ministre mais à première vue, la note ne convainc pas les grévistes qui accusent le gouverneur d’être le complice du promoteur depuis le début des hostilités. Dans la note en question, le Ministre des forêts et de la faune (MINFOF) invite les apprenants à poursuivre leur formation.  Il invite le promoteur à respecter le libellé de son agrément pour les prochaines formations. Un arrêté qui est faux d’après les manifestants qui voient derrière ce document une manipulation des autorités administratives locales pour permettre au promoteur de sortir indemne de cette situation.

La première négociation n’ayant pas abouti, le gouverneur Augustine AWA FONKA est descendu en personne sur le terrain mais à tue tête, ces apprenants réclament la tête du promoteur porté disparu depuis le début des hostilités au début du mois d’août dernier.

Coté forces de maintien de l’ordre, après que les démarches dissuasives entreprises par le gouverneur de la Région de l’Ouest soient restées infructueuses, ils ont sous instructions de l’autorité, fait usage de leurs techniques répressives. Du gaz lacrymogène a été utilisé pour disperser grévistes. Bilan: Des heurts, plusieurs victimes de fractures graves suites aux multiples coups reçus, un gréviste blessé au niveau de l’œil entre autres. Les leaders arrêtés puis libérés sur insistance de leurs camarades.

MOTIFS DE CETTE NOUVELLE DESCENTE DANS LES RUES

Les élèves du centre de formation professionnelle aux métiers de la foresterie ayant découvert qu’ils n’étaient pas dans une école de formation, ont exigé le remboursement de la totalité de leurs frais de scolarité qui vont de 900 000 à 1 000 000 de fcfa à travers une manifestation dans les services du préfet et du gouverneur à Bafoussam. Ils rejettent en bloc les recommandations précédentes du gouverneur. À travers une note douteuse signée du Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, ils sentent une duperie de plus et de trop car disent-ils: « Nous avons vendu des terrains et des bœufs pour pouvoir payer une fausse formation qui ne vaut même pas le BEPC. Nous avons demandé du stage dans les entreprises avec ce certificat et on a refusé ».

À noter que sur le document de fin de formation en question il est écrit: « certificat de formation professionnelle dans la spécialité agent technique adjoint des eaux et forêts option: protection de la mangrove ».

(Affaire à suivre……………)

Flore KAMGA KENGNE

{lang: 'fr'}
Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

Average rating:  
 0 reviews

Partagez!

PinIt

Leave a Reply