CAMEROUN: TRANSPORT INTER-URBAIN: LE CALVAIRE DES VOYAGEURS SUR LES AXES BAFOUSSAM-YAOUNDÉ ET BAFOUSSAM-DOUALA.

DEPUIS QUELQUES JOURS, LES PASSAGERS EN SÉJOUR À L’OUEST DU PAYS PEINENT À REJOINDRE LEURS VILLES DE RÉSIDENCE.

Coincés entre les tarifs exorbitants et l’absence des bus, les voyageurs en partance pour les grandes métropoles donc Douala et Yaoundé, font la queue dans les différentes agences de la ville de Bafoussam. Tout au long de la route les voyageurs clandestins sont assis sur les bagages main sur la joue,le regard évasif, les enfants fatigués éclatent en sanglot. Mais à la recherche du gros payeur, on ne prend en compte ni mère d’enfants, ni femmes enceintes,encore moins les personnes âgées. Les personnes vulnérables sont les plus lésées  dans ces lieux, aucun responsable ne s’en préoccupe. 

TARIFS ÉVOLUTIFS

Dans chaque agence de transport depuis le début du mois d’Août, les tarifs varient en fonction de l’heure, du jour et de l’affluence.Tenez par exemple,tôt le matin aux environs de 6 heures  en semaine, les tickets de transport varient de 3500 FCFA à 4500 FCFA selon les agences et de 5000 FCFA à 7000 FCFA entre 8 heures et 12 heures en fonction de la longueur des rangs. Le Week –end en cours, les clients ont tout simplement vu le tarif passer à 7000 FCFA dès 6 heures. Toute chose qui laisse indifférent plusieurs passagers.

ARNAQUES ET INSÉCURITÉ

Le lundi 14 Août 2017, les clients de l’Agence « Super Grand Mifi plus et fils » ont été abandonnés à leur propre sort. Le bus gros porteur n° 14105A de 70 places en partance pour Yaoundé est tombé en panne juste au niveau de MBOUO-Bandjoun à moins d’un kilomètre de l’agence. De retour à l’agence autour de 11 heures, les passagers ont trouvés les guichets fermés et aucun responsable n’a daigné répondre aux appels de ces voyageurs. C’est aux environs de 18 heures finalement que certains passagers ont pu quitter l’Ouest sans la plupart qui avaient désisté en retournant dans les domiciles familiaux pour d’aucuns ou en empruntant une autre agence.

Dans cette ambiance, les chargeurs ont créé leur propre « business » et se font du beurre. Pour ce faire, le classement dans les rangs est monnayé et certains billets réservés d’avance par ceux-ci avec des identifications faussées sont revendus à des prix allant de 6500 FCFA à 8000 FCFA selon la demande. 

CIRCULER À BAFOUSSAM EST UN VÉRITABLE PARCOURS DU COMBATTANT

Entre embouteillages, routes en piteux état, véhicules roulant à vives allures et surcharge allant de 3 à 5 passagers par moto ou 6 à 7 dans un taxi de transport urbain, penser sortir le matin est un véritable cauchemar.  Le tarif sur un trajet de 13 kilomètres est passé de 300 FCFA à 600 FCFA et même 800 FCFA le week-end. Une anarchie qui se passe sous le regard impuissant des forces de maintien de l’ordre pourtant postées presque à tous les carrefours, aux entrées de la ville et dans les gares routières.

L’OUEST: LES RÉUNIONS FAMILIALES ET CÉRÉMONIES FUNÉRAIRES

De l’avis de plusieurs observateurs, l’Ouest est la destination la plus fréquentée et les raisons sont multiples:  Cérémonies funéraires, célébrations des mariages coutumiers et surtout des réunions familiales qui se tiennent pour la plupart en cette période de récoltes des produits vivriers. Voilà qui justifie en partie la surpopulation observée en ce moment dans la Région.

Flore KAMGA KENGNE

{lang: 'fr'}
Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

Average rating:  
 0 reviews

Partagez!

PinIt

Leave a Reply